Protéine C réactive (CRP)

Examens de labo

 

La protéine C réactive (CRP), est une protéine dont le taux s'élève dans le sang en cas d'inflammation.

Cette inflammation peut-être causée par une maladie infectieuse, inflammatoire, tumorale…

La CRP un marqueur biologique précoce de l'inflammation ; cependant il peut exister une inflammation avec une CRP normale.

La protéine C réactive est fabriquée par le foie et secrétée dans le sang.

 

1. Comment doser la protéine C réactive ?

La protéine C réactive, prélevée par une prise de sang, est dosée dans un laboratoire d'analyse ordinaire. Il n'est pas nécessaire d'être à jeun.

La protéine C réactive n'est pas spécifique d'une maladie particulière.

Pour affiner le diagnostic, on y associe habituellement le dosage de la vitesse de sédimentation (VS).

Si la CRP est inférieure à 6 mg/l (variable selon le laboratoire), cela signifie qu'il n'y a pas de processus inflammatoire.

L'augmentation peut être modérée à très importante. Le taux de CRP reflète assez bien le degré d'inflammation.

Dans l'immense majorité des cas, on dose dans le sang d'autres composants, comme les globules blancs, les globules rouges, et d'autres éléments biochimiques : minéraux, enzymes de certains organes...

En fait la prescription de la prise de sang dépend des renseignements que cherchent le médecin pour établir un diagnostic.

Le résultat du dosage de la CRP s'obtient rapidement (quelques heures)…

 

2. Que faire en cas de CRP élevée ?

Une CRP élevée est le reflet d'un état inflammatoire d'origine variable : infection, maladie auto-immune, tumeur... Mais il arrive aussi que la CRP soit légèrement augmentée sans qu'il n'y ait de véritable maladie.

C'est au médecin prescripteur d'interpréter le résultat de la protéine C réactive, en fonction des informations cliniques qu'il a recueilli du patient, et des autres paramètres de l'analyse de sang.

En dehors de cas pathologiques, la CRP peut être modérément élevée au cours de la grossesse ou en cas d'obésité.

 

3. Quelles maladies avec une CRP élevée ?

En général, l'augmentation de la protéine C réactive est liée à une infection bactérienne aiguë, sans informer de la localisation de cette dernière. Elle peut également s'élever dans des maladies auto-immunes ou rhumatologiques, ou en cas de cancer. Cependant, certaines maladies auto-immunes comme le lupus ou le syndrome de Gougerot-Sjögren n'entraînent pas d'augmentation de la CRP.

Les infections virales ont peu d'incidence sur la quantité de CRP. De ce fait, en cas d'infection avérée sur le plan clinique, une CRP très élevée va orienter le diagnostic vers une infection bactérienne.

Comme on l'a dit, c'est en fonction des autres paramètres analysés dans la prise de sang et de l'examen clinique du patient, que le médecin peut orienter, voire établir un diagnostic.

Parfois pour comprendre pourquoi la CRP est élevée, d'autres examens (d'imagerie médicale) sont indispensables.

 

4. Traitement pour corriger une CRP élevée :

On ne traite pas une augmentation de la CRP mais bien sa cause. Si elle est causée par une infection bactérienne, on prescrira des antibiotiques. 

Sous traitement de cette maladie, la CRP diminue et se normalise plus ou moins rapidement.

La CRP permet également d'évaluer l'efficacité du traitement et de dépister une éventuelle rechute.

 

 

 

CRP : Fiche pratique labo


La CRP est une protéine synthétisée par le foie qui reflète l'inflammation aiguë.

 

Intérêt du dosage :

La CRP s'élève très rapidement au cours des processus inflammatoires.

Elle aide à suivre la réponse aux traitements anti-inflammatoires et antiinfectieux.

Sa normalisation rapide signe l’efficacité d’un traitement antibiotique.

 

Conditions de prélèvement :

Ponction veineuse en général au pli du coude.

IL N’EST PAS NÉCESSAIRE D’ÊTRE À JEUN.

 

Valeurs usuelles :
< 5 mg/l.

 

Variations physiologiques et pathologiques :

La CRP est augmentée dans toutes les inflammations :

- inflammations infectieuses bactériennes (pneumonies, infections urinaires, septicémies, abcès profonds) ;

- maladies inflammatoires (polyarthrite rhumatoïde, arthrite en poussée) ;

- thromboses aiguës en évolution (phlébites, embolies pulmonaires, infarctus du myocarde) ;

- certains cancers ;

- la plupart des traumatismes importants, brûlures.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Date de dernière mise à jour : 12/06/2019