Polymyomectomie

Exemple de protocole opératoire

Polymyomectomie

Mme H. N. 35 ans

 

 

- Sous AG ,

- Incision de Pfannenstiel ,

- A l’ouverture, on découvre un utérus plus ou moins globuleux, adhérent au rectum en postérieur,

- Les annexes sont englobés dans un petit magma adhérentiel, intimement lié à la face postérieure de l’utérus et au rectum,

- Le reste de l’exploration objective des lésions brunâtres de quelques mm disséminées sur tout le péritoine vésico-utérin évoquant des lésions d’endométriose.

On débute par la libération progressive de l’utérus de ces attaches adhérentielles postérieures qui s’avèrent faciles mais hémorragiques (saignements minimes en nappe) qui découvre une face postérieure de l’utérus rougeâtre témoignant d’une inflammation évolutive.

La trompe droite est le siège d’une adhérence transfixiante rétractile transversale à sa partie médiane, qui la « coupe » en deux portions, le pavillon est normal, ainsi que l’ovaire.

La trompe gauche parait rouge mais intègre, de même que l’ovaire homolatéral.

 

On commence par une incision verticale postérieure de la paroi utérine qui permet l’énucléation d’un fibrome blanchâtre régulier de 4 cm de diamètre ; suivie de l’ouverture de la cavité utérine qui permet d’extraire un autre fibrome de 3,5 cm qui était donc intracavitaire sessile ; la même incision permet d’extirper un autre nodule isthmique postérieur de 1,5 cm profondément enchâssé dans le myomètre.

L’exploration minutieuse de la paroi utérine ne décèle pas d’autre formation nodulaire myomateuse.

Fermeture de la cavité utérine en un plan de points séparés de vicryl N°3/0.

Fermeture de la brèche utérine en 3 plans au vicryl N°0. L’hémostase est assurée.

 

Toilette abdominale au SS chaud.

Mise en place d’un drain dans le CDS de Douglas.

Fin d’intervention :

Urines claires,

TA= 13/7.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Polymyomectomie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Date de dernière mise à jour : 23/04/2019