Recherche d’anticorps irréguliers antiérythrocytaires (RAI)

Les anticorps recherchés par cet examen (qui ne sont pas des agglutinines de classe IgM mais des hémolysines de classe IgG) sont des anticorps antiérythrocytaires dirigés contre des antigènes de groupe sanguin autres que ceux du système ABO.

Ils sont dits "irréguliers" car, in vitro, ils n’agglutinent pas directement les globules rouges porteurs de l’antigène.

Pour les mettre en évidence, il faut traiter les hématies par des enzymes (papaïne, trypsine) ou les placer en milieu albumineux.

La plupart sont immuns, apparus à la suite d’une grossesse ou de transfusions.

La recherche d’anticorps irréguliers (RAI) comporte deux étapes : le dépistage puis l’identification en cas de dépistage positif.

En France, la RAI est obligatoire au moins deux fois au cours de la grossesse (arrêté du 26 avril 2002).

Elle est systématique avant toute transfusion de produit sanguin labile (arrêté du 4 août 1994).

 

1. Recherche :

- Les anticorps irréguliers sont recherchés au moyen d’un panel d’hématies de groupe O, portant les antigènes des principaux systèmes de groupes sanguins (Rh, Kell, Lewis, Duffy, Lutheran, ...) réglementairement définis. Un panel permet de tester une trentaine d’antigènes.

- Les anticorps sont révélés et titrés :

. soit par un test de Coombs indirect,

. soit par un prétraitement des hématies-tests par des enzymes protéolytiques,

. soit, mieux, par les deux méthodes qui sont automatisables.

- La concentration en anticorps peut être mesurée par méthode semi-quantitative automatisée (résultats en µg/ml).

 

2. Précautions de prélèvement :

- Prélèvement de sang veineux sur tube avec citrate ou EDTA en se gardant de toute hémolyse qui gênerait l’interprétation.

- Mentionner sur la demande d’examen :

. l’existence d’une grossesse ;

. la date et la nature de la dernière transfusion ;

. les traitements en cours (certains médicaments peuvent entraîner une auto-immunisation) ;

. l’existence d’une maladie des agglutinines froides, d’un myélome, d’une maladie de Waldenström qui peuvent entraîner de fausses réactions positives.

 

3. Clinique :

Deux circonstances permettent l’apparition des anticorps anti-érythrocytaires :

- la grossesse,

- la transfusion.
 

1) En cas de grossesse :

Une RAI est pratiquée chez toutes les femmes enceintes au cours du 1er trimestre.

Chez les femmes enceintes Rh (−) : la recherche est répétée aux 6ème, 8ème et 9ème mois.

Chez les femmes enceintes RH1 (+) : elle est n’est refaite qu’au 9ème mois.

La RAI fait donc partie du bilan de suivi de la femme enceinte, selon ces modalités bien précises.

La recherche comprend un test de dépistage global puis, s’il est positif, l’identification de l’anticorps et son titrage.

Ces recherches ont pour objet de dépister une incompatibilité fœto-maternelle (IFM), c’est-à-dire une allo-immunisation d’une mère contre un antigène hérité du père, présent sur les hématies du fœtus.

La plupart des immunisations maternelles sont dirigées contre un antigène du groupe Rhésus.

Pour le diagnostic et la prévention des IFM, voir chapitre "Groupes sanguins".
 

2) Transfusions :

- Avant toute transfusion de globules rouges, une recherche d’agglutinines irrégulières s’impose.

- En effet, la détection des allo-immunisations dans les divers systèmes de groupes sanguins permet d’éviter les accidents transfusionnels par l’emploi de sang phénotypé, dépourvus des antigènes correspondant aux anticorps irréguliers détectés.

- Les allo-immunisations les plus fréquentes sont des immunisations anti-Kell, puis viennent les anti-E, anti-C, anti-Duffy, anti-Kidd, anti-MNS (S, s).

- Une allo-immunisation non recherchée fait courir le risque d’un accident transfusionnel se traduisant dans sa forme majeure par un choc, apparaissant dans les minutes ou les heures qui suivent la transfusion, souvent compliqué de CIVD, d’insuffisance rénale aiguë.

- Un ictère hémolytique peut survenir de manière précoce (le lendemain), ou retardée, au 6ème jour (ce qui signe dans ce cas la réactivation d’un anticorps).

- Certaines allo-immunisations restent asymptomatiques : c’est l’inefficacité de la transfusion qui les fait rechercher.


NB : La prescription d'une RAI s’effectue aussi en post transfusionnel, dans les 15 à 21 jours qui suivent la transfusion, car il s’agit du moment idéal pour détecter l’apparition d’un anticorps. En effet, le taux plasmatique peut chuter jusqu’à devenir indétectable dans les semaines qui suivent.

 

4. Délai de validité d'une RAI :

- 24 heures en cas de grossesse en cours ou de transfusion depuis moins d'un mois,

- 3 jours en cas de transfusion ou de grossesse dans les 6 mois précédents,

- 3 semaines en l'absence de transfusion ou de grossesse dans les 6 mois précédents.

 

 

 

 


 

Agglutinines positives


Agglutinines

 


 

Rai cat

 


 

Test de coombs direct 1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Date de dernière mise à jour : 05/04/2020