Cœlioscopie : indications

Les différentes indications de la cœlioscopie en gynécologie peuvent être envisagées ainsi :

                                                                                                             

1. Indications diagnostiques :

1) En urgence :                                                                                  

- suspicion de grossesse extra-utérine (β-HCG + et vacuité utérine à l'écho),    

- algies pelviennes aigues : suspicion de salpingite aigue, complications des kystes de l'ovaire (torsion, rupture, infection), complications des fibromes pédiculés (torsion, nécrobiose aseptique), appendicite pelvienne…      

 

2) En dehors de l'urgence :                                              

- stérilité (problème tubaire, endométriose, stérilité inexpliquée),   

- algies pelviennes chroniques (suspicion d’endométriose),                                       

- masses pelviennes (kystes, fibromes…) si le diagnostic échographique reste incertain,

- aménorrhée: synéchies tuberculeuses, tuberculose prépubertaire, syndrome de Rokitanski-Kuster-Hauser, syndrome de Morris, dysgénésie, dystrophies ovariennes, tumeurs virilisantes,                             

- malformations utérines.                                                                           

 

2. Indications thérapeutiques :

Si la cœlioscopie permet d’établir des diagnostics, elle permet également de réaliser des traitements chirurgicaux qui ne pouvaient se faire il y a quelques temps qu'à ventre ouvert. On peut introduire à travers la paroi abdominale divers instruments appropriés et miniaturisés permettant de sectionner, électrocoaguler….sous contrôle de la vue (écran télé) : c'est la cœlio-chirurgie qui permet de traiter à l'heure actuelle:

- une infection génitale haute (toilette péritonéale en cas d'infection génitale aiguë, ponction de pyosalpinx, libération d'adhérences),

- certaines stérilités tubaires (plasties tubaires),

- l'endométriose pelvienne (exérèse, coagulation de noyaux d'endométriose ou vaporisation au laser CO2),

- la plupart des grossesses extra-utérines,

- de nombreux kystes de l'ovaire (kystectomies intra-péritonéales et trans-pariétales),

- certains fibromes utérins (myomectomie),

- certaines douleurs pelviennes (ligamentopexie),

- stérilisation tubaire par des méthodes :

. électriques: électrocoagulation-section, thermocoagulation-section des isthmes utérins,

. mécaniques: mise en place d'anneaux de Yoon ou de clips de Hulka,

- extraction d'un DIU ayant migré dans la cavité abdominale,

- hystérectomie.

Le matériel devenant de plus en plus performant, les indications de la cœlioscopie opératoire s'élargissent d'année en année.

Ces gestes chirurgicaux doivent être réalisés par un opérateur entraîné.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Vous devez être connecté pour poster un commentaire

Date de dernière mise à jour : 13/04/2019