Cancer du sein

1. Sémiologie typique :

Le cancer du sein est caractérisé par :

- une image hypoéchogène,

- de forme irrégulière,

- de contours flous,

- avec une atténuation postérieure (ombre acoustique) dans 30 % des cas,

- et parfois une couronne hyperéchogène périphérique d’épaisseur variable,

- si la lésion est ovalaire, son grand axe sera vertical, perpendiculaire au plan cutané (contrairement aux adénofibromes).

La notion échoscopique de rigidité est importante, la lésion maligne ne se laissant ni déformer, ni refouler par la sonde à la différence des lésions bénignes.

Enfin, la taille échographique est inférieure aux tailles cliniques et mammographiques, ce qui limite les performances dans le diagnostic de petits cancers. Ce fait, associe à la difficulté et à la longueur de l'examen, montre que l'échographie ne peut être utilisée pour le dépistage de masse du cancer, contrairement à la mammographie.

La peau et les ligaments de Cooper peuvent être épaissis, irréguliers, rétractés.

 

2. Sémiologie atypique :

Ce sont des lésions donnant un aspect piège de tumeurs bénignes évoquant de façon trompeuse des kystes à contenu épais ou des adénofibromes ; ce sont les tumeurs très cellulaires des femmes jeunes ou les carcinomes colloïdes, mucineux ou médullaires. La cytologie ou la microbiopsie pourront redresser le diagnostic.

 

3. Cas particuliers des petits cancers : 

Quatre syndromes sont évocateurs :

- la triade caractéristique associe l'ombre floue irréductible, la couronne échogène (ou spicules) et les déformations adipeuses de voisinage (halo),

- l'ombre est souvent absente mais la présence d'une zone hypoéchogène centro-tumorale est encore caractéristique si son contour est flou avec couronne échogène périphérique et parfois spicules,

- la zone hypoéchogène est absente si le centre tumoral est hétérogène. Seul persiste un noyau brillant entouré de spicules irradiant de façon stellaire et rigide,

- si les spicules sont absents, elles aussi, seul persiste un noyau brillant mieux visible s'il est situé dans un environnement adipeux.

 

 

Conclusion :

La complémentarité mammographie et échographie s'avère donc excellente en imagerie diagnostique, l'une suppléant aux insuffisances de l'autre.

En sénologie interventionnelle, chaque fois qu'une anomalie a une traduction à la fois mammographique et échographique, nous préférons le guidage de l'aiguille sous échoscopie plutôt que sous stéréotaxie en raison de sa simplicité, de sa rapidité et de son moindre coût.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Vous devez être connecté pour poster un commentaire

Date de dernière mise à jour : 28/10/2019