Grossesse arrêtée

L’échographie est d’emblée défavorable. La grossesse n’est pas évolutive.

Plusieurs circonstances sont possibles.

 

1. Rétention d’œuf mort :

- Le sac gestationnel est petit pour l’âge gestationnel, l’embryon est visible, mesure au moins 6 mm, mais l’activité cardiaque n’est pas retrouvée ; sur un embryon plus petit cependant, l’activité cardiaque peut être difficile à mettre en évidence si l’on ne dispose pas d’appareil performant. Un contrôle s’impose 1 semaine plus tard.

- Le sac gestationnel est de taille normale, mais l’embryon est petit, discordant sans activité cardiaque.

- Le sac gestationnel mesure au moins 20 mm, la vésicule vitelline est visible, l’embryon n’est pas présent.

- Le sac gestationnel mesure au moins 20 mm, la vésicule vitelline et l’embryon ne sont pas visibles. On parle alors d’œuf clair.

 

2. Avortement spontané en cours :

L’examen clinique permet le diagnostic.

L’échographie permet de retrouver parfois au-dessous d’une cavité utérine échogène, un sac gestationnel déformé par le col utérin, une partie étant au niveau de l’isthme (généralement le trophoblaste), l’autre partie étant déjà partiellement expulsée à la partie haute du vagin.

 

3. Rétention ovulaire partielle :

La cavité utérine est distendue par des échos nombreux, hétérogènes correspondant à du trophoblaste, de la caduque et des caillots sanguins. Son épaisseur peut dépasser 20 mm.

Cette rétention est parfois bien centrée dans la cavité utérine, oblongue, moulée par la paroi utérine dont elle semble décollée par un fin liseré hypoéchogène. L’expulsion est probablement proche.

La persistance de métrorragies après 1 semaine nécessite un contrôle échographique à la recherche d’une rétention intra-utérine qui nécessite un curetage complémentaire ou d’éléments en faveur d’une GEU.

Enfin, une rétention ovulaire prolongée peut aboutir à une fibrose, voire une calcification du trophoblaste réalisant un aspect de « polype placentaire » se traduisant par une zone très échogène intra-utérine, oblongue ou arrondie, avec parfois un cône d’ombre sous-jacent.

 

-------------------

Elle n'est formellement éliminée que si l'on peut mettre en évidence une ligne de vacuité fine et complète sur toutes les incidences et dans tout l'utérus. Ce diagnostic reste donc difficile dans les utérus rétroversés ou myomateux.

La rétention est formelle lorsqu'il existe des échos denses de type trophoblastique occupant tout le centre de l’utérus, la ligne de vacuité n'étant plus décelable.

Dans les avortements tardifs, il peut exister des échos très denses avec une ombre postérieure traduisant la présence de fragments de squelette fœtal.

Lorsque la ligne de vacuité est partiellement visible dans un utérus de taille normale, et qu'il ne contient pas d'écho dense, il peut s'agir d'une très petite rétention ou le plus souvent d'une rétention de caduques. Ces dernières, d'origine maternelle, ne constituent pas une rétention vraie.

Un utérus globuleux conservant une ligne de vacuité parfaite pose le problème d'une simple endométrite, ou d'une minime rétention ne nécessitant qu'un traitement médical ; ces anomalies étant souvent associées.

Dans les cas difficiles et après un avortement môlaire, on complète l'étude cavitaire par la réalisation d'une coupe frontale si elle est possible ; une rétention minime, de trop faible épaisseur pour rompre la ligne de vacuité sur les coupes classiques, se traduit en coupe frontale sous la forme d'un petit amas dense, correspondant à du trophoblaste résiduel, ou sous la forme de petites lacunes dues à quelques vésicules môlaires persistantes. 

 

4. Utérus vide :

La cavité utérine est linéaire, ± épaisse et échogène selon qu’elle contient encore du sang ou quelques rares débris ovulaires. Si le contexte clinique est évocateur (coliques utérines, métrorragies importantes et col ouvert), il est possible de conclure à un avortement spontané précoce et complet.

En cas de doute, il convient en premier lieu de penser à la GEU et de la rechercher. Si elle n’est pas vue, la décroissance rapide du taux d’hCG sera un argument pour l’avortement spontané.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Vous devez être connecté pour poster un commentaire

Date de dernière mise à jour : 19/05/2020