Résumé : échographie et grossesse

Trois échographies systématiques doivent permettre de séparer les grossesses normales des grossesses pathologiques, pour lesquelles la surveillance échographique sera adaptée à la nature du problème.

 

1. Première échographie :

Pratiquée entre 11 et 13 SA (2 mois ½ de grossesse), elle doit pouvoir répondre aux questions suivantes :

- caractère intra-utérin de la grossesse,

- dépistage des grossesses multiples,

- confirmation de la vitalité de l’embryon (activité cardiaque, mouvements…),

- datation précise de la grossesse : âge gestationnel (longueur crânio-caudale) : évaluation du terme à ± 3 jours,

- biométrie précoce (BIP, DAT, F).

 

Sur le plan morphologique :

- présence de l'estomac, de la vessie,

- cerveau : pas de dilatations ventriculaires,

- face : visualisation des deux orbites,

- 4 membres : 5 doigts à chaque main, pied à angle droit avec la jambe,

- cœur : 4 cavités,

- localisation placentaire,

- dépistage des anomalies chromosomiques (clarté nucale, hygroma kystique),

- dépistage précoce de certaines malformations : anencéphalie, omphalocèle, polykystose rénale...

- dépistage des affections gynécologiques :

  • Kystes ovariens, en sachant discerner un banal corps jaune gravidique d'un kyste organique (mucoïde, dermoïde…),
  • Fibromes utérins,
  • Malformation utérine.
     

2. Seconde échographie :

Pratiquée entre 20 et 22 SA (4 mois ½ de grossesse), elle permet un bilan morphologique exact et complet.

Outre les éléments du bilan précoce, on peut de plus à cette date visualiser :

- l'épaisseur des tissus cutanés de la nuque fœtale,

- tous les éléments de la face fœtale, en particulier la lèvre supérieure,

- au niveau du cerveau, le corps calleux,

- au niveau du cœur, les gros vaisseaux et leurs positions respectives,

- dans la région lombaire, les reins (il faut être attentif à la taille des bassinets et à l'échogénicité du parenchyme),

- le rachis bien recouvert de peau,

- les organes génitaux externes fœtaux (détermination du sexe),

- volume de liquide amniotique,

- vaisseaux du cordon, tumeurs du cordon,

- localisation et morphologie placentaires,

Au niveau biométrique sont mesurés le BIP, DAT, fémur, diamètre inter-orbitaire, l'épaisseur placentaire.

Le Doppler ombilical est maintenant aussi enregistré chez les grossesses à haut risque, à la recherche des débits diastoliques nuls.

 

Renseignements obtenus :

- évaluation de la croissance fœtale : crâne (BIP et circonférence), abdomen (DAT et circonférence), membres (fémur),

- diagnostic de mort d'un jumeau en cas de grossesse multiple,

- dépistage des malformations fœtales (anomalies morphologiques),

Les principales difficultés diagnostiques concernent la face, le cœur, le squelette et les anomalies chromosomiques.

Dépistage des anomalies chromosomiques : diagnostic performant des monosomies X, des triploïdies et trisomies 13 et 18, sensibilité de 30 % pour la trisomie 21,

La plupart des malformations sont donc accessibles au diagnostic dès ce terme.

Attention : un examen "normal" n'est en aucune manière synonyme d'enfant "normal".

 

3. Troisième échographie :

Pratiquée entre 32 et 34 SA (7 mois ½ de grossesse), elle est davantage axée sur la biométrie, et permet d'obtenir les renseignements obtenus :

- présentation fœtale,

- croissance fœtale (hypotrophie, macrosomie),

- diagnostic tardif de malformation : hydrocéphalie, cardiopathie, nanisme, uropathie obstructive, atrésie digestive...

- localisation placentaire, morphologie (placenta accreta, sénescence placentaire, infarctus, chorio-angiome), biométrie (épaisseur placentaire),

- quantité de liquide amniotique (oligoamnios, hydramnios),

- anomalies du cordon ombilical (artère unique, tumeurs, nœud, circulaire, latérocidence, insertion vélamenteuse),

- scores biophysiques de bien-être fœtal (MANNING) (Actuellement abondonné)...

 

4. Echographies supplémentaires (pour pathologie fœtale ou maternelle) :

1) Avant 10 SA :

- antécédents de GEU, môle hydatiforme,

- fausses couches à répétition,

- métrorragies du 1er trimestre,

- examen clinique anormal (masse annexielle, utérus ne correspondant pas à la durée d'aménorrhée),

- grossesse après assistance médicale à la procréation,

- grossesse sur stérilet.

 

2) Au cours du 2ème et du 3ème trimestre :

- métrorragies,

- douleurs abdominales,

- toxémie et HTA gravidique,

- diabète,

- RCIU,

- maladie infectieuse,

- malformation fœtale curable,

- grossesse gémellaire ou multiple,

- iso-immunisation fœto-maternelle,

- suspicion de RPM,

- suspicion de mort in utero,

- ictères,

- traumatisme.

 

3) A terme :

- diagnostic de présentation (en cas de doute clinique),

- biométrie fœtale supplémentaire (siège, macrosomie, utérus cicatriciel),

- dépassement de terme (liquide amniotique, aspect du placenta),

- voie basse envisagée sur un utérus cicatriciel (épaisseur de la cicatrice de césarienne, recherche de placenta prævia accreta).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Vous devez être connecté pour poster un commentaire

Date de dernière mise à jour : 24/02/2019