Utérus

Anatomie échographique normale : l'utérus est en principe toujours mis en évidence, et servira de repère au cours de l'examen.

 

1. Position :

Elle est définie par la version, la flexion, et l'éventuelle latéro-déviation. Il peut être utile de vérifier la mobilité utérine par différents degrés de réplétion vésicale.

- Chez 80 % des femmes, l'utérus est normalement antéversé avec un certain degré d'antéflexion du corps sur le col.

- En cas de rétroversion, l'axe corps-col se situe en dessous de l'axe vaginal. S'il existe une rétroflexion associée, on observe une bascule postérieure du corps utérin qui se fléchit, sa face postérieure venant à la rencontre de la face postérieure du col. Cette variante de position qui peut poser un problème de visualisation correcte du fond utérin et de la muqueuse utérine par voie abdominale ne constitue pas un handicap à l'examen endocavitaire.

Remarque : un utérus noté en rétroversion lors de l'examen clinique (toucher vaginal, vessie vide) peut, du fait de la mise en tension des ligaments ronds lors du remplissage vésical, se retrouver dans une situation intermédiaire.

- A noter enfin qu'un certain degré de latérodéviation est tout à fait physiologique : elle correspond à une bascule latérale du corps, amenant son plus grand axe sagittal dans un axe oblique transversal. Elle s'accompagne en général d'une torsion axiale du corps utérin.

 

2. Taille :

Elle est appréciée par trois dimensions :

- la longueur, mesurée du fond utérin à l'orifice externe du col ou à défaut à l'intersection des axes du corps utérin et du vagin ; cette mesure est parfaitement reproductible.

- la largeur : valeur maximale obtenue sur une coupe transversale du fond utérin. Elle présente peu d'intérêt.

- l'épaisseur : valeur maximale obtenue dans le sens antéro-postérieur, perpendiculairement à l'axe de la cavité utérine sur une coupe longitudinale médiane du corps utérin.

Les dimensions utérines normales sont difficiles à préciser car elles varient avec l'âge, la parité, l'état hormonal, la période du cycle et même le degré de réplétion vésicale.

 

* Variations selon l’âge :

- En période prépubertaire : l’utérus est petit, en forme de "goutte" avec un rapport corps-col inférieur ou égal à 1 et une épaisseur du col supérieure à celle du corps. La cavité virtuelle et l'endomètre ne sont pas visibles et il existe rarement un angle d'antéflexion du corps sur le col.

- En période d'activité génitale : l'utérus atteint sa taille maximale, le corps constituant les deux tiers de la longueur totale de l'utérus.

- En période post-ménopausique : l'utérus est involué, petit (sauf en cas de traitement hormonal substitutif).

Son volume et son degré de flexion diminuent ; le rapport corps-col tend vers 1.

Le myomètre devient hypoéchogène.

L'endomètre s'atrophie progressivement et se réduit à une couche très fine, invisible en échographie. La cavité utérine virtuelle (on note parfois un petit exsudat non pathologique écartant les deux faces de la cavité) est plus ou moins échogène et visible, en fonction du degré d'atrophie de la muqueuse.

 

3. Forme :

- En coupe longitudinale : l'utérus adulte a grossièrement la forme d'une massue (masse piriforme à grosse extrémité supérieure).

Les deux tiers supérieurs, correspondant au corps utérin, forment la partie la plus renflée.

Le tiers inférieur, cylindrique, représente le col.

Un petit rétrécissement, situé à la jonction de ces deux parties, correspond à l'isthme.

Les contours utérins sont réguliers et harmonieux.

Le col est prolongé en bas et en avant par le vagin apparaissant sous la forme d'une bande étroite pauvre en échos, centrée par une ligne échogène correspondant à sa cavité virtuelle.

- En coupe transversale : le corps utérin est ovoïde à grand axe transversal. L'isthme et le col ont une section circulaire.

Le vagin apparaît sous la forme d'une ellipse très aplatie, hypoéchogène, barrée par la ligne échogène de la cavité virtuelle.

- En coupe frontale (vessie peu remplie), le balayage perpendiculaire passe par le fond utérin et l'axe de la cavité utérine. L'utérus a un aspect triangulaire à sommet inférieur (col) et base supérieure (fond utérin).

  

4. Echostructure :

Quelle que soit la coupe réalisée, transversale ou longitudinale, la section de l'utérus montre trois zones concentriques :

- Le myomètre, faiblement échogène et homogène, correspond à la couche périphérique la plus épaisse.

Ses contours externes sont bien délimités.

- La cavité utérine occupe le centre de l'utérus ; elle est normalement virtuelle en dehors de la période menstruelle, et se traduit par un trait fin central, échogène, plus ou moins dense, correspondant à l'accolement des deux interfaces de l'endomètre. Ce trait est appelé "ligne de vacuité". Cette ligne n'est plus visible dans les utérus rétroversés et antéversés à 90°, la cavité étant abordée tangentiellement par le faisceau acoustique.

- L'endomètre est situé entre ces deux zones, cernant la ligne de vacuité. Son épaisseur ainsi que son échogénicité varient en fonction de la période du cycle étudiée.

 

5. Variations physiologiques :

- Le myomètre : sa transsonicité augmente légèrement en fin cycle (hypervascularisation, œdème).

- La ligne de vacuité corporéale est fine et bien visible même avant la puberté, après la ménopause ainsi que lors de la grossesse jusqu'à 6 semaines d'aménorrhée. Elle est par contre dédoublée en période menstruelle, car la cavité utérine n'est plus virtuelle et est occupée par des plages transsoniques et des foyers échogènes correspondant au sang des règles et à des débris endométriaux.

- La ligne de vacuité endocervicale se modifie en période pré-ovulatoire. Elle est remplacée par un canal visible, hypoéchogène, rempli de glaire disparaissant le lendemain de l'ovulation.

- L'endomètre et la muqueuse endocervicale changent d'aspect au cours du cycle :

 

1) Dans la première semaine du cycle :

- à la phase de desquamation (J1 à J4) : l'endomètre est à peine visible ; on distingue une zone claire centrale correspondant à l'écoulement sérohématique, puis apparaît un fin liseré correspondant à la couche de régénération.

- à la phase de régénération (J4 à J8) : le liseré se renforce et commence à s'épaissir.

 

2) Dans la deuxième semaine [phase proliférative (J8 à J14)] :

L'endomètre s'épaissit, la ligne de vacuité est entourée par une bande moins échogène que le myomètre, puis elle devient progressivement plus échogène.

Son épaisseur croît jusqu'à l'ovulation, où il est d'environ 7 à 10 mm à ce moment (épaisseur globale de l'endomètre des deux faces utérines), réalisant un "anneau d'ovulation" typique ou la classique "image en grain de café". Il est directement bordé en dehors par le myomètre d'échogénicité moindre. 
 

3) En phase ovulatoire :

L'endomètre prend l'aspect classiquement décrit en "grain de café". Son épaisseur totale est d'environ 10 mm. Il devient hypoéchogène, sa base se densifie et l'interface cavitaire est nettement marquée.

L'étude de l'endomètre est importante en cas de traitement de stérilité, la qualité de l'endomètre conditionnant les chances d'implantation.
 

4) En phase sécrétoire (dans les deux semaines post-ovulatoires) :

L'endomètre devient rapidement très échogène, son épaisseur augmente jusqu'à atteindre globalement 14 à 16 mm ; il s'entoure d'un halo hypoéchogène le séparant du myomètre sous-jacent (zone d'œdème du chorion cytogène).

En fin de cycle, son épaisseur diminue.

Sous contraception orale, l'endomètre est de type atrophique.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mensurations uterus

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Date de dernière mise à jour : 15/04/2019