Cytomégalovirus (CMV) et grossesse

Son appartenance à la classe des herpès virus confère au cytomégalovirus (CMV) les mêmes caractéristiques épidémiologiques et virologiques que celles de l'herpès virus simplex : après la primo-infection, persistance dans l'organisme du virus, responsable d'infections "récurrentes".

Les femmes en contact avec des enfants (puéricultrices, crèches, institutrices) sont particulièrement à risque et un statut sérologique CMV en début de grossesse doit être pratiqué.

Une absence d'anticorps impose des précautions particulières : lavage des mains répétés, port de gant, de masque (cf prévention).

Si un cas est prouvé sur le lieu de travail, on peut proposer une éviction temporaire du premier trimestre.

 

1. Fréquence :

L’infection à CMV est l’infection congénitale la plus fréquente. On estime que 0,5 à 1% des nouveau-nés sont infectés

- Les risques d'embryofœtopathies avec des séquelles graves sont dus à la contamination in utero par voie hématogène. Ils sont variables selon qu'il s'agit d'une primo-infection maternelle du 1er trimestre de la grossesse (40 % des cas avec transmission) ou d'une réinfestation (2 % de transmission).

- Le risque de primo-infection maternelle est grand puisqu'une femme sur deux n'est pas immunisée.

 

2. Infections maternelles à CMV :

1) Primo-infection :

Les primo-infections à CMV sont souvent asymptomatiques.

Dans les autres cas, l'infection se traduit par un syndrome général : fièvre, asthénie, myalgies, arthralgies, céphalées, hypertrophie ganglionnaire et hépatosplénique, rarement rash cutané. Exceptionnellement, des complications viscérales peuvent se produire (pneumonie, myocardite, méningite...).
 

2) Infections récurrentes :

Elles résultent bien de la réactivation du virus latent et non de la réinfection par une souche antigénique différente.

Cette maladie récurrente occasionne une excrétion de virus asymptomatique en un ou plusieurs sites et en particulier, pour ce qui nous intéresse, au niveau des voies génitales.

3 à 12 % des femmes enceintes présentent une infection à CMV, de nature récurrente dans la grande majorité des cas.

La transmission au fœtus serait observée dans moins de 3 % des cas.

 

3. Retentissement du CMV sur l'enfant :

La moitié des enfants nés de mère infectée subissent une contamination virale. Celle-ci peut résulter d'un passage trans-placentaire du virus (essentiellement à l'occasion de la primo-infection), d'une infection ascendante, d'un contact entre l'enfant et les voies génitales infectées au moment de l'accouchement. Enfin la contamination postnatale se produit par l'intermédiaire du lait, site d'excrétion virale le plus important.

L'infection congénitale à CMV consécutive à la transmission virale transplacentaire représente la pathologie la mieux documentée.
 

1) Risque fœtal :

C'est la primo-infection qui est à l'origine du risque fœtal ; ce dernier est majeur en début de grossesse.

L'infection est transmise au fœtus dans 30 à 50 % des cas.

Les réactivations ne semblent pas causer de problème aux fœtus.

La transmission au fœtus se fait essentiellement pas voie hématogène.

L'infection congénitale atteint 0,5 à 1 % des nouveaux-nés. Parmi ceux-ci, 90 % naissent normaux, bien que contaminés.

Mais 10 % d'entre eux présenteront plus tard des séquelles neurosensorielles tardives (surdité ++) ; elles apparaîtront avant 2 ans.
 

2) Infection congénitale à CMV :

Son incidence est grande puisqu'elle concerne 2 à 3 % des nouveau-nés (en France), dont heureusement seulement une minorité souffriront d'une forme grave.

- 90 % des enfants atteints in utero sont parfaitement asymptomatiques, mais 3 à 10 % d'entre eux démasqueront après quelques années des déficits neurosensoriels (surdité) et intellectuels avec retard de croissance fréquent.
 

- 10 % des enfants infectés présentent un syndrome de gravité variable, conduisant au décès in utero (MIU) ou à la naissance (20 à 30 % des nouveau-nés infectés), et à un retard psychomoteur important chez presque tous les survivants.

Le tableau clinique comporte hépatosplénomégalie et thrombopénie de façon constante, parfois des signes septicémiques et, chez certains enfants, les stigmates d'une embryofœtopathie sévère :

. microcéphalie,

. hydrocéphalie,

. calcifications périventriculaires avec atrophie cérébrale,

. choriorétinite (15 %) (pouvant conduire à l'atrophie optique).

Quelques cas d'autres malformations non spécifiques ont pu être rattachés à l'infection par le CMV : malformations cardio-vasculaires, squelettiques...

Ceci amène à rechercher systématiquement l'infection à CMV devant un tableau polymalformatif sans étiologie décelée.
---------------------------

Environ 10 % des enfants infectés in utero sont symptomatiques à la naissance.

La moitié d'entre eux présente les symptômes de la maladie des inclusions cytomégaliques (CID). Le taux de mortalité de ces nouveau-nés est élevé.

L'autre moitié présente des symptômes atypiques.

Les 90 % restants sont asymptomatiques mais sont infectés comme en atteste la présence de virus dans les urines pendant les premières semaines de vie.

Les nouveau-nés symptomatiques sont définis par la présence de certains des signes suivants : hypotrophie, pétéchies, ictère, hépatosplénomégalie, purpura, anomalies neurologiques (microcéphalie, hypotonie, convulsions), augmentation du taux de transaminases (> 80 UI/l), thrombopénie, hyperbilirubinémie conjuguée, hémolyse, augmentation de la protéinorachie.

Le suivi à long terme de ces enfants a permis d'établir la présence d'au moins une séquelle dans 90 % des sujets dans le sous-groupe des nouveau-nés symptomatiques. Il s'agit de retard psychomoteur, de surdité de perception, d'anomalies oculaires (principalement des choriorétinites).

Dans le groupe des nouveau-nés asymptomatiques, le taux de mortalité consécutif à l'infection par le CMV a été estimé à environ 6 %. Le meilleur facteur prédictif d'anomalies neurodéveloppementales chez ces enfants est la présence d'anomalies intracrâniennes sur le scanner cérébral (CT), dans le premier mois de vie. La présence de telles anomalies de l'imagerie néonatale a aussi été associée à la survenue d'une surdité de perception ou à la détérioration ultérieure de l'état audiométrique.

Parmi les nouveau-nés asymptomatiques, qui sont connus pour avoir un meilleur pronostic à long terme que les nouveau-nés symptomatiques, 10 à 15 % vont développer des séquelles, le plus souvent pendant les 2 premières années de vie. Ces séquelles comprennent des pertes auditives, des choriorétinites, un déficit intellectuel, et une microcéphalie. Le déficit auditif est la séquelle la plus fréquente en rapport avec une infection par le CMV chez des sujets asymptomatiques.

Certains auteurs ont montré que 50 % de ces enfants avaient un déficit audiométrique bilatéral, dans 50 % des cas ce déficit s'aggravait au cours des premières années de vie.

Globalement l'infection congénitale à CMV est la cause d'un tiers de l'ensemble des surdités de l'enfant.

 

3) Autres manifestations du CMV :

- La responsabilité de CMV dans les interruptions de grossesse, bien que lourdement soupçonnée, n'a pas été prouvée.

- Les infections périnatales comportent également un risque important pour les nouveau-nés mais leur fréquence est mal évaluée et il semble que le pronostic en soit moins sévère. Leur symptomatologie n'est guère évocatrice : atteintes respiratoires, ictère, neutropénie...

 

4. Diagnostic de l'atteinte fœtale :

- La PSF n’a aucun intérêt dans le diagnostic de l’infection fœtale.

La recherche d’IgM a une très faible sensibilité car certains fœtus ne produisent des IgM que tardivement.

Concernant la détection virale par culture rapide sur sang fœtal, elle n’a une sensibilité que de 16 % seulement. En raison de ces risques (1 à 3 % de pertes fœtales) et des performances diagnostiques bien supérieures de l’amniocentèse, la PSF n’est absolument pas recommandée en tant qu’outil diagnostique d’infection fœtale.

- Il n’existe actuellement pas de recommandations sur la pratique systématique d’une amniocentèse en cas d’infection maternelle à CMV documentée.

- En revanche, la découverte d’un signe échographique tel qu’une ventriculomégalie, une hyperéchogénicité intestinale, une microcéphalie, ou de toute autre manifestation pouvant être expliquée par une infection foetale à CMV, doit conduire à une recherche de cette infection chez le fœtus, dans le cadre du bilan étiologique.

 

5. CAT devant une séroconversion maternelle :

Trois situations :

- Echographie normale et prélèvements ovulaires négatifs : rassurer tout en poursuivant la surveillance.

- Echographie anormale et prélèvements ovulaires positifs : l'interruption de la grossesse peut être proposée.

- Echographie normale et prélèvements ovulaires positifs : pronostic impossible. Devenir en cours de grossesse et en période post natale imprévisible.

Se souvenir que 10 % des enfants nés indemnes vont développer des séquelles neurosensorielles avant l'âge de 2 ans.

 

6. Traitement :

Nous sommes toujours démunis face au cytomégalovirus puisqu'il n'existe actuellement pas de traitement curatif de la maladie nous permettant d'empêcher l'agression virale transplacentaire.            

 

7. Prévention :

Pour éviter toute contamination, il est surtout primordial de respecter quelques règles d’hygiène. Surtout pour les personnes qui sont en contact avec des enfants de mois de 4 ans : puéricultrices, assistantes maternelles, infirmières, personnel des crèches…

Le faible taux de primo-infections vraies, ainsi que l'absence de traitement de l'infection congénitale à CMV, n’incitent pas, actuellement, à proposer un dépistage sérologique systématique.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Note destinée à toutes les femmes enceintes qui vivent au contact des enfants en bas âge avec sérologie CMV négative en début de grossesse :

- dans les crèches ;

- toutes les puéricultrices, assistantes maternelles…;

- les institutrices ;

- les infirmières et personnel féminin en pédiatrie ;

- les infirmières et personnel féminin en gériatrie (élimination urinaire du CMV) ;

- et toutes les femmes qui ont un bébé à la maison.

 

Madame,

L'analyse de votre sang a montré que vous n'étiez pas protégée contre le cytomégalovirus (CMV) et il faut éviter de contracter cette infection en cours de grossesse ce qui serait sans gravité pour vous-même, mais pourrait être dangereux pour l'enfant.

Un tiers des enfants en bas âge sont porteurs de ce virus et peuvent donc vous contaminer par leurs sécrétions buccales, nasales, lacrymales mais également par leurs urines.

 

AFIN DE PROTÉGER VOTRE FUTUR ENFANT, pour éviter d'être contaminée par le virus CMV, prenez chaque jour les précautions suivantes :

1) Lavez-vous les mains soigneusement :

- avant et après avoir changé votre bébé,

- jetez rapidement les couches souillées d'urines.
 

2) Lavez à grande eau son pot :

- tous les jours soit avec des gants, soit par une autre personne avec de l'eau bouillante ou un désinfectant.
 

3) Pour les  repas :

- utilisez des couverts séparés pour vous et pour votre enfant,

- ne goûtez jamais ses repas avec sa cuillère,

- ne goûtez jamais son biberon,

- déposez une goutte de lait sur le dos de votre main suffit pour tester sa température.
 

4) Eviter tout contact avec ses secrétions :

- n'embrassez jamais votre bébé sur la bouche,

- évitez de même le contact de votre bouche avec ses secrétions nasales et ses larmes.

 

En conclusion surtout :

LAVEZ-VOUS LES MAINS APRES CHAQUE CHANGE ;

Evitez de l'embrasser sur la bouche ;

Utilisez des couverts séparés.

 

 

 

 

  • Nom du fichier : Infection à CMV et grossesse
  • Taille : 804.48 Ko

Télécharger

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Date de dernière mise à jour : 06/05/2020