Colposcopie en pratique

La colposcopie est un examen gynécologique prescrit, suite à un frottis vaginal anormal, qui permet de diagnostiquer ou de prévenir le cancer du col de l’utérus.

 

1. Définition et objectif de l’examen :

La colposcopie est un examen du col de l’utérus, du vagin et de la vulve permettant de détecter les lésions précancéreuses et cancéreuses. L’examen est réalisé avec un microscope de faible grossissement, appelée colposcope, après l’application de deux colorants qui vont marquer les lésions.

Cet examen fait, généralement, suite à un test PAP ou frottis de Papanicolaou dont les résultats sont anormaux.

A savoir ! Le test PAP permet l’étude de cellules normales et pathologiques, obtenues par frottis vaginal pour la détection et le diagnostic de diverses infections, activités hormonales anormales et lésions précancéreuses ou cancéreuses. Il permet de détecter les anomalies induites par le papillomavirus humain (HPV).

Les résultats de ce frottis peuvent être normaux (négatifs) ou anormaux :

- des résultats normaux (ou négatifs), signifient qu’il n’y a pas de cellules anormales ou cancéreuses. Ils peuvent également permettre de distinguer des pathologies non cancéreuses ou bénignes telles que les infections ;

- des résultats anormaux indiquent la présence de cellules avec des anomalies ; les anomalies peuvent être mineures (de bas grade) ou sérieuse (de haut grade).

Lorsque les résultats montrent des anomalies, une colposcopie est prescrite par le gynécologue.

 

2. Préparation et précautions :

La colposcopie ne peut pas être pratiquée pendant la période de menstruation. L’idéal étant de prendre rendez-vous dans les quelques jours qui précédent l’ovulation (approximativement pendant la deuxième semaine du cycle). Pour les femmes ménopausées, un traitement hormonal peut être prescrit afin de rendre le col de l’utérus et le canal cervical (jonction entre le vagin et l’utérus) accessibles.

 

3. Déroulement de l’examen :

La colposcopie est réalisée au cabinet du gynécologue ; il s’agit d’un examen indolore qui dure entre 5 et 10 min. Il peut néanmoins causer un certain inconfort lié à l’insertion des instruments dans le vagin.

Après que la patiente se soit déshabillée et installée, le médecin insère un spéculum dans le vagin, afin d’en écarter les parois. Un lavage au sérum physiologique du col de l’utérus est alors réalisé.  Afin de mieux voir les zones anormales, le médecin applique une solution sur le col qui colore les lésions en blanc. Il examine ensuite la surface du col de l’utérus et du vagin à l’aide du colposcope. Si les zones blanches paraissent anormales, le médecin peut prélever un ou plusieurs échantillons (biopsies).

 

4. Suites de l’examen :

Il est possible que, suite aux biopsies, surviennent de faibles douleurs s’apparentant à celles rencontrées pendant les règles ainsi que des saignements. Il est recommandé de ne pas se baigner ou d’avoir des rapports sexuels pendant 3 jours après la colposcopie.

Les biopsies obtenues, au cours de l’examen, sont envoyées au laboratoire pour être analysées. Dès réception des résultats, le médecin recontacte les patientes pour en discuter

 

5. Résultats et traitements associés :

Les résultats permettent d’établir un diagnostic et d’envisager le traitement adéquat. Les lésions étant généralement précancéreuses leur traitement permet d’éviter l’évolution en cancer du col de l’utérus.

Les anomalies, ou Néoplasies Cervicales Intra épithéliales (CIN), sont classifiées selon leur degré de sévérité avec :

- CIN 1 : correspondant aux anomalies légères et qui seront suivies d’examens de contrôle,

- CIN 2 et 3 : caractérisant les lésions modérées ou sévères dont les traitements vont de la destruction au laser ou par cryothérapie à la conisation (prélèvement de tissu de forme conique au niveau du col).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Vous devez être connecté pour poster un commentaire

Date de dernière mise à jour : 07/11/2019