Contraception et endométriose

1.Endométriose externe :

Le problème se pose avant ou après l'obtention difficile des grossesses car l'endométriose est cause d'infertilité.

Les estroprogestatifs sont recommandés du fait de leur facilité d'emploi, de leur efficacité sur les douleurs et la diminution de volume des lésions.

En cas de dysménorrhées persistantes, la prise en continue permet de supprimer le flux menstruel.

Les progestatifs macrodosés ou injectables peuvent aussi être utilisés en raison de leur effet atrophiant sur l'endomètre.

L'implant peut se discuter.

Les microprogestatifs et les autres contraceptions ne sont pas recommandés en cas d'endométriose pelvienne douloureuse.

 

2. Adénomyose :

Les progestatifs macrodosés ou les estroprogestatifs en continu peuvent être utilisés, mais il faut insister sur le DIU au lévonorgestrel efficace sur les douleurs chroniques, les saignements et la dysménorrhée.

Les microprogestatifs, les implants, les DIU au cuivre sont contre-indiqués.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Date de dernière mise à jour : 18/04/2019