Généralités

La contraception regroupe l’ensemble des procédés destinés à empêcher la fécondation (et/ou la nidation) de façon temporaire et réversible.

Une méthode contraceptive idéale serait à la fois efficace à 100 %, d'une innocuité parfaite et applicable par tous.

Cette méthode idéale n'existe pas actuellement et les différents procédés dont on dispose doivent être jugés sur 4 critères : efficacité, innocuité, acceptabilité et réversibilité.

 

1. Efficacité :

L’efficacité d’une contraception est appréciée par l’indice de PEARL, qui représente le nombre de grossesses par mois, pour 1200 mois, soit 100 années-femmes. Cet indice est dit corrigé lorsqu’on élimine les grossesses liées à une application incorrecte de la méthode.

Le taux d'échec des méthodes contraceptives est calculé par la formule de Pearl :

 

               Nombre de grossesses  accidentelles
      R = ---------------------------------------------------------------  × 1200
                Nombre de cycles d’observation

 

R = Grossesses accidentelles pour 100 années-femmes.

On estime qu'une méthode contraceptive est très efficace quand son taux d’échec < 2 % AF.

 

2. Innocuité :

Elle doit être envisagée au double point de vue de la femme et des enfants qu'elle pourrait avoir en dépit de la méthode contraceptive.

Elle doit être jugée sur le plan local (réaction d'intolérance) et sur le plan général (retentissement sur telle ou telle fonction de l'organisme).

Elle doit être jugée également dans l'immédiat et au long cours.

 

3. Acceptabilité :

Elle dépend de sa facilité d'utilisation.

Elle doit être jugée pour l'ensemble d'une population et doit tenir compte des facteurs psychologiques, ethniques voire esthétiques qui varient d'une population à l'autre.

L'acceptabilité est aussi fonction du coût de la méthode contraceptive.

 

4. Réversibilité :

Une méthode contraceptive ne doit entraîner aucune conséquence fâcheuse sur la fertilité ultérieure.

Alors que les trois critères indispensables à une bonne contraception : "efficacité", "innocuité", "réversibilité", sont des critères objectifs que le médecin peut quantifier, le quatrième, l'"acceptabilité", dépend essentiellement de facteurs subjectifs, influant fortement sur le choix, la continuation ou l'abandon de la méthode.

 

Pour répondre à ces exigences individuelles, il faut en premier lieu que la méthode inspire confiance (il est parfois difficile de combattre une illusion longtemps entretenue, et ce n'est pas toujours l'avis du médecin qui entraîne la conviction). Il faut également qu'elle permette de se sentir en accord avec les règles de sa foi ou de sa morale.

Enfin et surtout, on lui demande d'entretenir une heureuse entente sexuelle, tout en respectant la notion d'esthétique amoureuse de chacun (la discrétion des précautions est souvent importante).

Il est donc nécessaire de disposer de plusieurs méthodes contraceptives efficaces, afin que chacun, chacune puisse choisir, celle qui offre la qualité qu'il juge primordiale, et puisse renoncer à celle qui présente un défaut qu'il juge inacceptable.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Date de dernière mise à jour : 16/12/2018