Microprogestatifs ou micropilules progestatives

Les micropilules sont des progestatifs à très faible dose, administrés de façon continue, sans interruption. Les troubles du cycle sont fréquents. Ils sont dérivés des norstéroïdes.

 

1. Spécialités :

Progestatif (DCI)

Dosage

Nbre de cp

Spécialité

Désogestrel

0,075 mg

28

CERAZETTE 0,075 mg ®, ANTIGONE 75 µg ®, CLAREAL 75 µg ®, 

DESOGESTREL BIOGARAN 75 µg ®, DESOGESTREL MYLAN 75 µg ®, 

LACTINETTE 75 µg ®,  OPTIMIZETTE 75 µg ®

Lévonorgestrel

0,030 mg

28

MICROVAL ®

 

2. Mode d’action :

- Le lévonorgestrel (Microval ®) a une faible action antigonadotrope et n'agit pratiquement que sur la glaire (qui devient épaisse, constituant un obstacle à l'ascension des spermatozoïdes) et l'endomètre (qui devient atrophique).

- Le désogestrel (Cérazette ®...) a une action antigonadotrope beaucoup plus puissante qui bloque l'ovulation dans plus de 90 % des cycles, ce qui augmente son efficacité (IP = 0,4). Il peut aussi y avoir un décalage de la prise jusqu'à 12 h, ce qui rend l'observance moins contraignante, contrairement au lévonorgestrel (3 h).

Quand l'ovulation n'est pas bloquée, il persiste une sécrétion œstrogénique endogène, facteur de dystrophie ovarienne kystique et d'hyperestrogénie relative, responsable des effets secondaires (aménorrhée ou spotting) dont il faudra en informer les patientes.

Ce mode de contraception hormonale est donc déconseillé chez les femmes présentant spontanément une dysovulation ou des signes d'hyperestrogénie relative. En revanche, il représente une bonne solution lors des contre-indications métaboliques aux estrogènes de synthèse : diabète, HTA, cardiopathie, hyperlipidémie, insuffisance rénale, connectivites...

Cette méthode peut être également utile dans le post-partum et dans la préménopause.

Cependant, les micropilules ne sont pas toujours très bien supportées et elles augmenteraient le risque de GEU (par ralentissement du péristaltisme tubaire) ; l'irrégularité des cycles, fréquente surtout lors des premiers mois sous ce type de contraception, peut en rendre le diagnostic difficile.
 

3. Indication :

Contraception orale progestative microdosée continue.

 

4. Posologie :

Ils doivent être débutés au 1er  jour des règles et pris en continu, à heure fixe sans aucune interruption, y compris pendant les règles (ou les périodes de saignements éventuels), à raison d’un cp par jour.

Ils sont efficaces 7 jours après le début du traitement et en cas d'oubli d'un comprimé, ils seront actifs à nouveau 7 jours après.

L'oligoménorrhée, voire l'aménorrhée per-thérapeutique peut s'observer, tout comme de petits saignements intermenstruels : tous ces phénomènes sont dus à une atrophie endométriale.

 

5. Précautions d'emploi :

A prendre à heure fixe, le retard de prise ne devant pas dépasser 3 h pour Microval ®, 12 h pour Cérazette ®.

A éviter chez les femmes ayant un antécédent de salpingite ou de GEU ou de chirurgie à risque de GEU.

A éviter également en cas de dystrophie ovarienne, mastopathie bénigne, mastodynie.
 

Comment débuter un traitement par micropilule ?
 

1. Pas de contraception hormonale préalable (au cours du mois précédent) :

La prise du premier comprimé doit commencer le premier jour du cycle naturel de la femme. Il est possible de commencer entre le 2ème et le 5ème jour du cycle, mais dans ce cas, une contraception mécanique supplémentaire (exemple préservatif) est à utiliser pendant les 7 premiers jours de prise des comprimés.
 

2. Relais d'un contraceptif hormonal combiné (pilule classique, anneau vaginal ou patch transdermique) :

La femme doit commencer micropilule le jour suivant la prise du dernier comprimé actif (c'est à dire le dernier comprimé contenant la substance active) de sa précédente pilule ou le jour du retrait de l'anneau vaginal ou du patch transdermique. Dans ces cas, il n'est pas nécessaire d'utiliser de contraception mécanique supplémentaire.
 

3. Relais d'une méthode uniquement progestative (micropilule, injection, implant ou DIU au progestatif) :

En relais d'une micropilule, la femme peut commencer n'importe quel jour.

En relais d'un implant ou d'un DIU : le jour de leur retrait ;

En relais d'un progestatif injectable, le jour prévu pour l'injection suivante. Il n'est pas nécessaire d'utiliser une contraception mécanique supplémentaire.
 

4. Après un avortement du premier trimestre :

Après un avortement du premier trimestre, il est recommandé de débuter la prise des comprimés immédiatement. Dans ce cas, il n'est pas nécessaire d'utiliser de contraception mécanique supplémentaire.
 

5. Après un accouchement ou après un avortement du second trimestre :

La micropilule peut être débutée 21 à 28 jours après la naissance ou l'avortement du second trimestre. Si la prise des comprimés commencent plus tard, l'éventualité d'une grossesse doit être exclue avant de débuter la prise de micropilule et une méthode de contraception mécanique supplémentaire doit être utilisée pendant les sept premiers jours de prise des comprimés.

 

♦ En cas d’aménorrhée prolongée (2 cycles ou plus), il faut éliminer une grossesse ; si le diagnostic de grossesse est établi, la prise des comprimés doit être suspendue immédiatement.

♦ En cas d’antécédents d’ictère cholestatique de la grossesse ou de prurit gravidique, l’administration du produit peut entraîner une récidive de l’ictère ou du prurit : dans ce cas, son administration doit être suspendue.

♦ Conseils en cas d'oubli d'un comprimé (Cérazette ®) :

Si l'oubli est constaté dans les 12 heures suivant l'heure habituelle de prise d'un comprimé, la femme devra prendre immédiatement le comprimé oublié et prendre le comprimé suivant à l'heure habituelle. 

Si l'oubli est constaté plus de 12 heures après l'heure habituelle de prise d'un comprimé, la femme devra prendre immédiatement le comprimé oublié et prendre le prochain comprimé à l'heure habituelle, même si cela conduit à la prise de deux comprimés en même temps. De plus, la femme devra utiliser une méthode de contraception mécanique supplémentaire (par exemple, un préservatif) pendant les 7 jours suivants.
Rem : le délai de 12 heures pour Cérazette ® est réduit à 3 heures pour Microval ®...

 

6. Efficacité :

L’efficacité des progestatifs oraux peut diminuer en cas d’oubli de comprimés, de vomissements, ou de diarrhées sévères, ou lorsque certains traitements leur sont associés.

Un comprimé doit être pris chaque jour à peu près à la même heure sans interruption et sans tenir compte de possibles saignements.

Une nouvelle plaquette doit être débutée le lendemain du jour où la plaquette précédente a été terminée.

 

CERAZETTE ® et génériques :

L’indice de Pearl (indice total) est de 0,4.

La tolérance à l’oubli pour CERAZETTE est de 12 heures, comme pour une pilule EP minidosée.

 

MICROVAL ® :

L’indice de Pearl est environ de 1.

La tolérance à l’oubli pour MICROVAL est de 3 heures.

 

7. Contre-indications :

- hypersensibilité à la substance active ou à l’un des excipients,

- accidents thromboemboliques veineux évolutifs,

- hépatite et antécédents récents d’hépatite,

- insuffisance hépatique, tant que les paramètres de la fonction hépatique ne sont pas normalisés,

- cancer du sein ou antécédent personnel de cancer du sein, cancer de l'endomètre,

- hémorragies génitales inexpliquées,

- antécédent ou risque de grossesse extra-utérine (compte tenu de la diminution de motilité tubaire qu’ils induisent),

​- grossesse.

 

8. Principaux effets indésirables :

Ils sont très faibles.

Les micropilules freinent insuffisamment l'axe hypothalamohypophysaire et laissent persister une sécrétion œstrogénique endogène (hyperœstrogénie), responsable de :

- mastopathie, mastodynie,

- douleurs pelviennes, kystes fonctionnels de l'ovaire (20 %),

- perturbations du cycle menstruel avec saignements (spotting ou ménorragies), irrégularités du cycle, voire aménorrhée, qui s’observent chez environ 70 % des utilisatrices.

Chez la femme obèse, il a été observé une diminution de l'efficacité contraceptive.

Rem : Il n'a pas été signalé d'effets secondaires cardiovasculaires, hypertensifs ou thromboemboliques, ce qui permet de les prescrire chez des patientes présentant des troubles de ce type (femmes hypertendues ou ayant des antécédents de phlébites). Cependant, par précaution, la prescription de micropilule est contre-indiquée en cas de thrombose en cours. 

 

9. Interactions médicamenteuses :

La prise simultanée d'inducteurs enzymatiques rend ce mode de contraception inefficace par induction enzymatique et accélération de la dégradation hépatique.

Utiliser de préférence une autre méthode contraceptive, en particulier de type mécanique.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Date de dernière mise à jour : 03/08/2019