Prélèvements d'urètre

Trois types de prélèvements sont pratiqués pour le diagnostic des urétrites :

- prélèvement de l’écoulement urétral : cette goutte spontanée ou obtenue par massage urétral, est recueillie sur écouvillon en coton (le premier pour examen direct à l’état frais et frottis coloré sur lame, et le second écouvillonnage sera utilisé pour cultures (gonocoques et germes banaux).

- prélèvement urétral : il est toujours indiqué de faire deux prélèvements dans le canal urétral en introduisant d'abord sur environ 1cm un petit écouvillon traité par l'alginate ou le charbon (recherche du gonocoque et de bactéries pathogènes opportunistes), puis sur 2 cm l'écouvillon enrobé de rayonne ou de dacron (recherche de chlamydia).

Ces écouvillons sont ensuite placés dans un milieu de transport pour culture de chlamydia trachomatis + éventuelle PCR (chlamydia et Mycoplasma genitalium).

- premier jet urinaire : mise en culture + éventuelle PCR (chlamydia).

Pour les prélèvements urétraux et de premier jet urinaire, le patient ne doit pas avoir uriné depuis au moins 2 heures. Quantité d'urine nécessaire : 10 ml.

Les germes communs, dont Neisseria gonorrhœæ et Chlamydia trachomatis sont systématiquement recherchés par le laboratoire contrairement aux mycoplasmes dont la recherche n’est réalisée que sur prescription explicite du médecin.

Ces prélèvements sont effectués avant tout traitement antibiotique, sans toilette ni désinfection préalable.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1 vote. Moyenne 1.00 sur 5.

Vous devez être connecté pour poster un commentaire

Date de dernière mise à jour : 11/07/2018