Kystes ovariens

On regroupe sous le terme de kyste de l'ovaire des :

- tuméfactions non tumorales : kystes fonctionnels et kystes endométriosiques (les plus fréquents), et des

- tumeurs kystiques : processus prolifératif autonome bénin ou malin.

 

1. Circonstances de découverte :

- algies pelviennes ou simple pesanteur pelvienne,

- troubles des règles : métrorragies, irrégularités menstruelles, aménorrhées,

- métrorragies post-ménopausiques,

- plus évocateur mais rare : l'augmentation de volume de l'abdomen,

- enfin, très souvent latente, la tumeur peut être découverte au cours d'un examen systématique, lors d'une cœlioscopie ou d'une laparotomie pour une autre raison.

 

2. Diagnostic étiologique :

1) Tuméfactions non tumorales :

a) Le kyste fonctionnel de l'ovaire : Cf chapitre spécial
 

b) Le kyste endométriosique :

Il est évoqué lorsqu'il existe une symptomatologie douloureuse marquée, quelque soit son type, avec au toucher vaginal des nodules du cul-de-sac de Douglas, en particulier au niveau des utéro-sacrés.

L'échographie montre une formation arrondie liquidienne ou mixte avec en son centre de fins échos, mobiles au changement de positions ("échos flottants").

L'HSG enfin peut montrer des lésions d'endométriose.

 

2) Tumeurs kystiques de l'ovaire :

Il s'agit de tumeurs organiques pour lesquelles l'exérèse est de règle, permettant l'étude cytologique et histologique, qui seule affirmera leurs natures.

a) Les tumeurs bénignes :

Evoquées en l'absence de végétations intra ou extra-kystiques et de dissémination péritonéale :

- cystadénome séreux, d'aspect identique au kyste fonctionnel.

En sa faveur : l'absence de variation avec le cycle, le volume souvent plus important,

- cystadénome mucineux à contenu épais, souvent volumineux,

- tumeurs à cellules claires, à contenu mixte liquide et solide,

- kystes dermoïdes : évoqués sur l'ASP lorsqu'il existe des calcifications.
 

b) Les tumeurs borderline :

Les 3 groupes de tumeurs bénignes que nous venons de citer peuvent être borderline, c'est-à-dire qu'elles ont certaines caractéristiques des tumeurs malignes sans les avoir toutes.
 

c) Les tumeurs malignes de l'ovaire :

Il peut s'agir de cystadénocarcinome séreux ou mucineux, de tumeur à cellules claires ou de tératomes.

 

3. Examens paracliniques :

1) Echographie pelvienne : Cf chapitre spécial 

2) Cœlioscopie : Cf chapitre spécial

3) Hystérosalpingographie : Cf chapitre spécial

 

4. Attitude thérapeutique : Cf Chapitre spécial

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Vous devez être connecté pour poster un commentaire

Date de dernière mise à jour : 20/07/2019