Cancer du sein : introduction

Maladie angoissante par l'idée de mort et de mutilation qui l'accompagne, le cancer du sein est l'un des cauchemars des femmes modernes, la perte d'un sein entraînant beaucoup plus de désordre au niveau de l'image corporelle, que l'ablation d'un autre organe.

Le cancer du sein est toujours le cancer féminin le plus grave et le plus fréquent (30 % des cancers de la femme naissent au niveau de la glande mammaire). C'est la première cause de décès chez les femmes de 35 à 55 ans.

Pourtant ce cancer possède des caracté­ristiques relativement favorables : il évolue presque directement sous la peau et se trouve donc facilement accessible aux inves­tigations, et lorsque les tumeurs sont encore de petit volume, elles ont un bon pronostic.

Le médecin généraliste comme le gynécologue est tenu de faire un examen clinique des seins, à l'occasion de la prescription d'un traitement hormonal (contraceptifs oraux, traitement substitutif de la ­ménopause, inducteurs de l'ovulation…) pour ne pas administrer des estrogènes en présence d'un éventuel cancer débutant, étant donné le rôle des estrogènes dans la carcinogenèse mammaire.

En 2018, le diagnostic du cancer du sein repose toujours sur le triplet : examen clinique - imagerie - examen cyto-anatomopathologique ; il a pour objectif l'établissement d'un diagnostic histologique précis et la classification du cancer selon les recommandations de l’union internationale contre le cancer (UICC).

Le bilan préthérapeutique réalisé en cas de découverte d'un cancer est adapté à chaque situation et n'est jamais systématique.

Aujourd'hui encore, nombre de femmes craignent l'incompréhension de la médecine pour une maladie du sein, et refusent de consulter.

Plusieurs statistiques comportant un recul suffisant et publiées par des équipes différentes sont concordantes : la taille de la tumeur au moment du diagnostic est bien l'un des éléments déterminants du pronostic.

Près de 80 % des cancers du sein traités au stade T1, quand la tumeur est encore inférieure à 2 cm de diamètre, peuvent prétendre à la guérison, malheureusement, en Algérie, plus de 90 % des cancéreuses viennent consulter avec une tumeur de plus de 2 cm, c'est-à-dire que plus de 90 % des cancers du sein sont toujours traités trop tard.

Pour un sujet comme celui-ci, il est bien certain qu'il faut tenir le plus grand compte de son expérience personnelle et de celle des autres, radiologues, pathologistes… La stratégie sera donc essentiellement dépendante de la confiance accordée aux autres intervenants et de la facilité d'accéder aux différents examens.

 

 

 

 

 

 

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Vous devez être connecté pour poster un commentaire